Oui, je souhaite échapper à la tyrannie du quotidien.

Si dans votre quotidien vous vous sentez agressé…

  • tyrannie-environnementsi la tyrannie des horaires, des sollicitations, des contraintes, de l’argent, de la concurrence, des devoirs vous empêchent de vivre la vie que vous souhaitez,
  • si vous avez l’impression de devoir constamment lutter, vous battre pour avancer,
  • si vous avez le sentiment d’un grand vide de sens que vous avez du mal à remplir,
  • si stress et fatigue font partie de votre lot quotidien,
  • si vous vous sentez vulnérable, fragile, en difficulté de récupérer

alors vous avez besoin de faire quelque chose pour redresser cette situationfleche-newslettre

La nature et votre quotidien

pollutionLes inquiétudes toujours croissantes concernant l’eau, l’air, du climat, de ce que nous mangeons, comment nous vivons, comment nous nous déplaçons, comment nous partageons sont là pour en témoigner.

La tyrannie s’est installée dans nos vies parce que nous nous sommes éloignés de la nature, du rythme de la nature. L’urbanisation croissante, l’industrialisation nous a éloigné des ressources de la nature. Au point que nous oublions qui nourrit notre corps, qui lui offre les ressources dont il a besoin pour rester en forme.

Une des premières mesures à prendre, c’est de nous rapprocher de nouveau de la nature. Non pas en renonçant a tout confort, mais en prenant conscience que l’être humain ne peut vivre sans de bonnes relations avec son milieu. Ce rapprochement doit se faire et se vivre au quotidien. Ce rapprochement doit pouvoir être ressenti par des réels bienfaits sur soi, sur son bien-être et sa santé.

Ne nous tirons pas une balle dans le pied

Hamster Running WheelSe couper de la nature, négliger de respecter la nature et l’environnement, c’est se “tirer une balle dans le pied”. Pour être en forme, avoir de l’énergie, de la vitalité et de l’envie d’entreprendre au quotidien l’être humain a besoin d’une nature, d’un environnement intacte.

Malheureusement le quotidien est rythmé par les modes de vie actuels qui nous éloignent de la nature. Le “toujours plus” et le “toujours mieux avec moins” rythme notre vie. Toujours plus vite, toujours plus loin, toujours plus exigeant, sans aucun respect pour l’être humain et la nature. Et une concentration de plus en plus forte des ressources naturelles, mais aussi du travail, entre les mains de quelques entreprises privilégiées.

Ce mode de vie, au lieu de libérer l’être humain le rend de plus en plus dépendant. Dépendant de grandes entreprises lointaines, de circuits qu’il ne maîtrise pas, d’un approvisionnement qu’il ne maîtrise pas, d’une qualité à prendre ou à laisser. Dépendant aussi d’un environnement de plus en plus pollué et confisqué par quelques acteurs économiques et financiers.

Par notre manière de vivre, nous construisons ou laissons construire notre propre roue de hamster. Pas étonnant donc que de plus en plus de personnes se sentent vulnérables, stressées, fatiguées d’une lutte incessante pour leur vie, leur survie ou leur bien-être.

Les facteurs essentiels de notre bien-être échappent de plus en plus à notre contrôle. Pouvoir disposer d’une eau, d’un air, d’une alimentation qui nous fait du bien semble de plus en plus difficile et coûteux à atteindre et nous oblige à toujours plus de contraintes à observer. Mais comment faire pour changer cela?

La solution, le bien-être commence chez soi

En tant qu’individu isolé, nos capacités d’influencer le respect général de la nature, de l’environnement, sont quasi nulles. Cependant nous disposons de la possibilité d’influencer le respect que nous portons à la nature, à l’environnement dans notre environnement de vie et de travail. Et c’est par là que je vous invite à commencer.

C’est vous qui décidez quel air vous respirez chez vous et peut-être aussi au travail. C’est vous qui décidez ce que vous buvez, mangez, comment vous dormez, comment vous bougez et quelles informations vous laissez entrer en vous. C’est vous qui décidez, si vous continuez à laisser la tyrannie du quotidien diriger votre vie ou si vous vous donnez des moyens pour y échapper.fleche-newslettre