Notre vie prise en otage

Savez-vous que nous nous sommes laisser prendre notre vie en otage, de manière imperceptible, cachée? Nous croyons être libre, mais en faite nos sociétés modernes, à la fois libérales ou socialisantes, ont la fâcheuse tendance de s’occuper de nous, de notre vie, de notre bonheur. Et nous, nous les laissons faire par ignorance.

L’industrie du divertissement offre films, émissions, jeux, que nous pouvons consommer à gogo à partir de notre salon. Il suffit de presser quelques boutons et surtout de payer les factures. Cela nous occupe et cela rapporte. Mais est-ce que cela nous rapproche de la vie que nous rêvons de vivre?

L’industrie du tabac prône la liberté mais elle nous rend dépendantes et et malades, il suffit de regarder les images que les paquets de cigarette véhiculent.

L’industrie agro-alimentaire nous offre des aliments qui nous rendent la vie plus facile, plus agréable, mais en fait elle nous offre le plus souvent des aliments vides, dépourvus d’éléments nutritionnels nécessaires à notre santé. Que faisons-nous pour nous offrir une alimentation saine et équilibrée pour une meilleure santé, plus d’énergie et de vitalité?

L’industrie de la santé a été conçue pour s’occuper de notre santé. Mais en réalité elle s’occupe des maladies et des malades. En effet pour bénéficier des prestations de santé, vous devez au préalable tomber malade. Voulez-vous être malade pour profiter de prestations de santé? L’industrie pharmaceutique se fait un réel plaisir à traiter les maladies. toutes sortes de maladie. La santé n’est pas son modèle d’affaire, car les gens en bonne santé ne lui rapportent rien. Les médicaments traitent les maladies et non la santé. C’est d’ailleurs également le cas de médecins, des infirmiers, en fait de tous les acteurs du système de santé qui sont payés pour traiter les maladies.

Pour le travail, nous nous remettons aux entreprises qui organisent notre contribution à la tâche sans que nous puissions avoir une influence décisive sur les buts et les modes d’organisation. Nous travaillons avec des outils intégrés plus rentables plutôt qu’avec des outils autonomes. Ainsi l’être humain devient le rouage d’une gigantesque machinerie de travail que la mondialisation accentue encore.

En fait l’être humain s’est construit un monde dans lequel la majorité des personnes ne sont plus des acteurs autonomes, mais des otages consentants. Quand une personne sur deux souffre au travail, est stressé au point de risquer des burn out, quand malgré les progrès de la médecine les maladies chroniques et dégénératives augmentent jour après jour, quand, dans nos sociétés modernes nous avons de plus en plus de mal à payer les charges de nos systèmes de santé et nos retraites puisque l’allongement de la vie ne va pas de pair avec une amélioration de l’état de santé des populations, il est temps de s’interroger sur ce qui ne va pas.

Il suffit de regarder autour de soi pour constater, que de plus en plus de personnes sont insatisfaites de leur vie et des perspectives de vie qui s’offrent à elles. Les gouvernements font des efforts considérables pour maintenir l’équilibre de ce système, d’un système qui exige qu’on travaille plus et plus durement pour gagner plus et pour pouvoir payer les retraites et la santé. Mais où est le bonheur, le bien-être auquel chacun aspire? Nous avons cru que l’industrialisation avec son pendant la consommation apporte le bonheur aux être humains, et aujourd’hui nous devons constater que notre richesse et le bénéfice de magnifiques innovations s’accompagnent d’effets secondaires comme les maladies chroniques, les maladies dégénératives, le stress, le manque de temps.

De plus en plus de personnes ont du mal à accepter une telle situation et elles s’interrogent s’il n’y a pas une alternative à ce modèle qui exige que vous devez devenir malade pour pouvoir profiter d’un système de santé, que vous devez être stressé, connaitre le burn out, être malade pour pouvoir ensuite profiter peut-être d’une vie plus saine et équilibrée. En France pour prendre une retraite anticipée ne devez-vous pas justifier d’une invalidité d’au moins 20% pour travail pénible pour en bénéficier? Offrir sa santé pour pouvoir vivre comme on le souhaite n’est plus acceptable. D’autres alternatives doivent être trouvées.