Impact des pollutions sur la santé

Il semble de plus en plus évidents que notre environnement a des conséquences sur l’état de santé général des populations. Les facteurs du milieu qui ont un impact sur la santé sont essentiellement les altérations des principaux éléments que sont l’air, l’eau, le sol, et les aliments.

Depuis la fin de la 2ème guerre mondiale les êtres humains ont profondément transformée leur environnement. Ainsi la pollution et l’appauvrissement du sol ont eu des conséquences sur la chaine alimentaire. Nos fruits et nos légumes sont souvent pollués. en voici les plus pollués, pommes, poires, pêches, nectarines, fraises, cerises, framboise, raisins, poivrons, céleris, haricots verts, pommes de terre, épinards, laitue, concombres, courges et citrouilles. La viande, le dernier chainon de la chaine alimentaire cumule souvent les pesticides, les métaux lourds, les œstrogènes,

La pollution de l’air, bien connue en ce qui concerne la pollution extérieure, souvent méconnue en ce qui concerne nos intérieurs conduit de plus en plus de jeunes à avoir des allergies,

La pollution de l’eau, bien connu en ce qui concerne la pollution des cours d’eau, mais méconnue en ce qui concerne les eaux du robinet, les eaux en bouteilles.

Toutes ces pollutions s’accumulent dans nos corps et ont comme effet l’explosion de maladies dégénératives et chroniques dans notre société. En voici les liens établies.

Des liens sont établis entre certains symptômes pathologiques et des indicateurs de pollution, qu’elle soit chimique, radioactive, physique ou éléctromagnétique qu’elle atteigne les nappes d’eau profondes ou la haute atmosphère et d’où qu’elle provienne et ce, pour :

  • certains types de cancer (amiante, dioxines, rayonnements ionisants, benzène) ;
  • des affections cardio-respiratoires (asthme, bronchites chroniques, maladies coronariennes) ;
  • des affections neurologiques (pesticides, plomb) ;
  • des atteintes du système immunitaire (allergies) ;
  • des maladies des reins (métaux lourds).

Voici une expérience peu banale raconté par le site au feminin:

Récemment, quatorze ministres européens de l'Environnement ont accepté de participer à une expérimentation peu banale : la recherche de produits chimiques d'origine industrielle dans leur sang (nos éditions du 19 octobre 2004). Cinquante-cinq substances potentiellement toxiques sur cent trois ont été ainsi détectées. Parmi les trente-sept produits chimiques découverts dans le sang du ministre français, figurait le DDT, alors que cette substance est en principe interdite dans notre pays depuis au moins trente ans.

Bien que la question du lien entre environnement et maladies chroniques et dégénérative fasse encore débat sur son ampleur, les liens sont aujourd’hui évidentes pour qui ne veut pas fermer les yeux.

Savez-vous que moyennant quelques mesures, vous pouvez améliorer votre situation personnelle et réduire considérablement votre exposition à une telle pollution de l’air que vous respirez, de l’eau que vous buvez, des aliments que vous mangez. Il suffit de s’y intéresser un peu.